• Le droit à l'énergie mérite mieux qu'un coup de force parlementaire

    L’Assemblée nationale a adopté, la nuit dernière, un texte de loi sensé « préparer la transition vers un système énergétique sobre ». Comme ils l’avaient annoncé dès qu’ils en ont eu connaissance, les Député-e-s Front de gauche se sont opposés aux mesures instaurées par ce texte. Pas plus qu’il n’envisage de limiter la progression constante des tarifs du gaz, de l’électricité et de l’eau, ce texte ne prévoit de mettre à contribution les opérateurs publics ou privés pour assurer à nos concitoyennes et concitoyens, le droit fondamental à l’énergie. Ses coûts de plus en plus lourds devraient ainsi être supportés exclusivement par les usagers. Encore faut-il préciser que le système de bonus-malus sur les factures d’énergie, conduirait à pénaliser en premier lieu, les plus modestes de nos concitoyens habitant, le plus souvent, dans des logements mal isolés, assimilables à de véritables passoires énergétiques.

    Quant à l’élargissement du nombre des bénéficiaires des tarifs sociaux, mis en avant par le gouvernement, il serait, là encore, supporté exclusivement par les usagers, dans des conditions demeurant, d’ailleurs, particulièrement floues.

    En réalité, ce texte présenté dans l’urgence, a été élaboré sans aucune concertation avec les différents acteurs que sont les usagers et leurs associations, les élus, les organisations syndicales. Cette méthode détestable autant qu’inefficace, s’est particulièrement illustrée dans l’introduction, en pleine nuit, d’amendements s’apparentant à des cavaliers législatifs pour modifier profondément la réglementation régissant l’implantation des champs d’éoliennes et offrir une nouvelle manne financières aux opérateurs privés du secteur.

    Décidemment, la précipitation et les pressions politiques et financières ne sont pas bonnes conseillères.

    Le droit à l’énergie pour toutes et tous comme la nécessaire transition écologique, méritent mieux que des coups de force parlementaires. Ils appellent au contraire l’ouverture, au plus vite, d’un véritable débat démocratique.

    Pour en savoir plus : André Chassaigne - AC

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :